ARTICLES DE PRESSE


Le Nautic Startup Day désigne 4 championnes

 

Elles étaient 18 startups à pitcher et 4 d’entre-elles ont reçu un trophée au Nautic Startup Day. Objectif du concours : désigner les meilleures startups nautiques du moment. L’événement, organisé par les deux French Tech bretonnes, était accueilli sur le stand de la Région Bretagne.

 

   5 décembre 2017                                    

 


 


 


 


 


 



Cette 1ère édition du Nautic Startup Day le 4 décembre recevait un jury particulièrement qualifié croisant des expertises complémentaires : Henri Giraud (Fédération Française de Voile), le skipper Gilles Lamiré, David Leray (fonds d’investissement Go Capital), Florence de Launet (Naval Group), Sigolène Brun (Le Village by CA Finistère) et Grégory Hoareau (Finistère 360).

Au final, les startups qui ont emporté les voix du jury présentent des qualités indéniables sur le plan technologique et un réel potentiel de développement commercial à grande échelle. La remise des trophées – imprimés en 3D par la startup rennaise Bicephale ! – a salué les atouts des startups nautiques dans 4 catégories :

  • trophée « Futur », Absolute Dreamer (drapage automatisé de foils et pièces composite par un robot. Procédé « importé » de l’industrie aéronautique)
  • trophée « Originalité », Inobo (planche de kite-surf évolutive, transparente et durable)
  • trophée « Technologie », Ino-rope (poulie à axe textile avec mécanique simplifiée pour être plus légère, plus durable et plus efficace)
  • trophée « Coup de cœur », Carenecolo (système permettant d’installer une aire de carénage mobile sur des cales déjà existantes)

Les 14 autres startups présentes à cette session de pitchs à la mode French Tech étaient : Draguor, Emagin3D, Fil&Fab, Foil&Co, Kara Technology, Kayflo, Kerfoils, Lokefoil, Magnard Innovation, Nauti Concept, Ocean Ride, Syci, Tringaboat et Wipsea. On remarque une forte représentation des projets s’intéressant aux foils parmi ces 18 entreprises innovantes… et une forte représentation de startups provenant de Bretagne, mais aussi d’autres régions (Paris, Pays de Loire, Bourgogne et Martinique).

Des rdv business

Les deux heures précédant le concours de pitchs, une vingtaine de startups bretonnes se sont vues aussi proposer des « rendez-vous business » donnant accès à des ETI et grandes entreprises du secteur nautique en mode speed dating. Accastillage Diffusion, voilerie Incidences, Naval Group, NKE Marine Electronics et Plastimo ont ainsi pu entamer des échanges privilégiés avec les entrepreneurs.

http://lafrenchtech-rennes.fr/le-nautic-startup-day-concours-4-championnes/


CarenEcolo. Une nouvelle distinction attribuée au salon d'Amsterdam

 

Publié le 19 novembre 2017

 

 

 

Gaëtan Fouquet (à gauche) a pu présenter rapidement son invention à Nicolas Hulot, vendredi, au salon Breizh Transition

 

Déjà récompensée par un Premier prix du développement durable au salon de Southampton, au printemps dernier, CarenEcolo vient d'obtenir une nouvelle distinction. La société, installée à Briec, qui a développé une aire de carénage pour bateaux mobile et écologique, a été distinguée, mardi, à Amsterdam, par le Jury du DAME Award du METS (Marine Equipment Trade Show), le plus grand salon mondial des équipements nautiques. CarenEcolo, seule entreprise bretonne récompensée parmi les 25 sociétés de la région qui exposaient, a reçu la mention spéciale du jury pour son aire de carénage mobile. Seules deux sociétés françaises ont été primées par le jury du DAME, aux côtés de 23 entreprises du monde entier. Le salon international du METS rassemble, à Amsterdam, plus de 1.500 exposants professionnels dans le domaine des équipements maritimes. Vendredi, Gaëtan Fouquet, le patron briécois, a brièvement attiré l'attention de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, au salon quimpérois Breizh Transition. Celui-ci, qui ne connaissait pas la société, a dit son intérêt pour l'invention et a transmis le contact à ses services.  

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/carenecolo-une-nouvelle-distinction-attribuee-au-salon-d-amsterdam-19-11-2017-11746636.php#bB75SWiK7EYJYvfG.99

 


 

                 Le 02/11/2017 • Mis à jour le 02/11/2017 | 10h46

 

 

 

 Innovation : CarenEcolo ouvre la voie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gaëtan Fouquet est le créateur d'une aire de carénage transportable qui permet de nettoyer son bateau sans polluer.

Sa société CarenEcolo commercialise ce produit.                                                                           Photo : Lionel Flageul

 

Issu du Mag + Agglo n°73 de novembre/décembre 2017

 

Nettoyer la coque de son bateau sans polluer grâce à une aire de carénage transportable d’un port à un autre, c’est la solution développée et commercialisée par Gaëtan Fouquet et son entreprise, CarenEcolo. Une idée innovante et brevetée qui commence à rencontrer un joli succès.

 

Comment avez-vous eu l’idée d’un tel système ?

 

Je suis originaire de l’île de Sein. Je travaillais dans le dessalement de l’eau de mer. J’ai toujours été sensible à la protection des milieux naturels. Et c’est parce que j’ai souvent vu des bateaux pratiquer le carénage sauvage en laissant les eaux polluées partir dans la nature, que je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire. De nombreux ports ne sont pas équipés. Un plaisancier peut faire des milles pour aller relever ses casiers, mais n’ira pas dans le port d’à côté pour nettoyer son bateau. Or, il le nettoie obligatoirement une fois par an, car un bateau non caréné va consommer plus de carburant.

 

Combien de temps vous a-t-il fallu pour développer une telle idée ?

 

Deux ans environ. Il a fallu mettre au point le système de filtrage, faire valider tout le process par l’Agence de l’eau. Nous sommes certifiés Vague bleue. Nous avons déposé un brevet auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi). Il a fallu également concevoir le système mobile. Tout tient dans une remorque tractable par une voiture.

 

Vous êts installés depuis fin 2016 dans l’hôtel-pépinière d’entreprises de Lumunoc’h à Briec, c’est un peu loin de la mer !

 

Pour nous, l’important était de trouver des locaux adaptés à notre activité : il nous fallait des bureaux, un atelier et une collectivité prête à nous accueillir. Nous avons trouvé tout cela à Briec ! Nous avons été accompagnés par la CCI et nous le sommes maintenant par Quimper Bretagne Occidentale. Nous proposons notre système de carénage aux ports, aux chantiers navals et aux associations de plaisanciers. Nous intervenons sur la maintenance de l’appareil. Pas besoin d’être près de la mer pour cela et nous sommes au plus près de la quatre voies, c’est idéal.

 

Que vous reste t-il à accomplir pour développer la société ?

 

Le produit que nous proposons est innovant. Il n’y a pas d’équivalent dans le monde. Il a été primé plusieurs fois : 1er prix Kerneco au Cornouaille Quimper, 1er prix Crisalide du Conseil régional, 1er prix du développement durable au salon nautique Seawork International à Southampton au Royaume-Uni. J’ai pour le moment deux salariés et je fais travailler les entreprises locales pour être réactif : une demande d’un client, je peux aller rapidement chez mon fournisseur, car il est à côté ! Dès que l’entreprise enregistrera de grosses commandes, il est évident qu’il y aura de l’embauche derrière.

 

Carenecolo - 4 zone d’activité de Lumunoch - 29510 Briec de l’Odet – Tél. 02 29 40 74 32 - E-mail : contact@carenecolo.fr - www.carenecolo.fr

 

http://www.quimper-bretagne-occidentale.bzh/actualite/18460/113-actualites.htm

 


Publié le 24 octobre 2017

 

CarenEcolo. Fierté et amertume

Sentiment partagé pour Gaétan Fouquet et sa petite équipe réunis dans les locaux de l'Hôtel d'entreprises de Briec. La société CarenEcolo exposera sa fameuse aire de carénage mobile et écologique mi-novembre à Amsterdam, au plus grand salon européen pour les équipements maritimes. L'invention finistérienne qui permet de récupérer les eaux usées de carénage (l'antifouling est très toxique) dans les ports et les chantiers navals a en plus été retenue pour concourir au concours Dame Nominated 2017. « Seules quatre entreprises françaises ont été sélectionnées parmi les 60 retenues dans les cinq catégories du concours, se félicite Gaétan Fouquet. Nous allons gagner en notoriété, bénéficier d'articles dans les revues spécialisées dans le monde entier ». Cette sélection confirme la solidité du programme CarenEcolo qui a déjà obtenu le premier prix du développement durable à Southampton, au printemps dernier. L'horizon international est donc dégagé, mais le ciel local semble plombé pour l'entreprise. CarenEcolo, créée début 2015, a seulement installé sa première aire de carénage cet été pour la Communauté du Pays d'Iroise. « Le Finistère est le plus grand département côtier de France et c'est celui qui bouge le moins en Bretagne, se désole Gaétan Fouquet. On continue à cibler beaucoup les agriculteurs pour les pollutions de l'eau tout en continuant à caréner sur les grèves comme au siècle passé. Pourtant, depuis décembre 2014, un arrêté préfectoral l'interdit. Mais il n'est pas respecté ». L'entrepreneur aurait aimé un signal des élus d'autant que la Région ou le Département gèrent de nombreux ports. « Nous nous demandons ce qui freine. Les collectivités locales sont attentistes alors qu'il y a des emplois à la clé ». Pourtant, la « carène écolo » a fait ses preuves. Le premier client serait prêt à passer de nouvelles commandes.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/carenecolo-fierte-et-amertume-24-10-2017-11714399.php#rpv8J7y9PyMyUzHf.99

 


Littoral. Une unité de carénage mobile
Publié le 07 octobre 2017
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/plougonvelin/littoral-une-unite-de-carenage-mobile-07-10-2017-11692689.php#s4xHmtAIyqhMBsjp.99

 

Les responsables des différentes administrations et associations autour de Jacques Caouissin, ingénieur à Pays d'Iroise Communauté (deuxième à gauche).
L'évolution de la réglementation environnementale, notamment celle concernant le carénage, amène les collectivités gestionnaires de ports à s'équiper d'installations pour le traitement des eaux. Dans le cadre de cette évolution, Pays d'Iroise Communauté vient de s'équiper, pour un montant hors taxes de 70.000 €, d'une unité de carénage mobile, à même d'intervenir sur les différents sites du littoral du Pays d'Iroise disposant d'une cale.

Les eaux traitées par filtrage


À l'occasion d'un essai de l'équipement produit par CarenEcolo, une séance de démonstration en conditions de fonctionnement réel s'est tenu mercredi sur le parking à bateaux de la plage de Bertheaume. Jacques Caouissin, ingénieur à la CCPI, avait convié les élus du Pays d'Iroise, la DDTM (Direction départementale du territoire et de la mer), les Affaires maritimes, le Parc Marin d'Iroise et les responsables des associations de plaisanciers. Le système consiste en une bâche de réception des eaux de lavage sur laquelle est posé le bateau, le temps de son lavage avec un nettoyeur haute pression. Ensuite les eaux récupérées sont traitées par filtrage. Six filtres consécutifs sont ainsi traversés par l'eau de lavage qui en ressort buvable. Pendant la durée des essais, des analyses de l'eau ainsi purifiée ont été réalisées. Il reste maintenant à établir un planning sur l'ensemble des sites pouvant recevoir l'équipement en pays d'Iroise et d'évaluer le coût d'utilisation pour les propriétaires de bateaux.

 



Le télégramme soir 01.08.2017

Gaëtan tient bon la barre de CarenEcolo

Une aire de carénage mobile 100 % écologique. C'est l'innovation du Sénan Gaëtan Fouquet qui a décidé de proposer une alternative dans les ports de plaisance. Créé en 2015, primé à plusieurs reprises, son projet entre désormais dans sa phase industrielle. Le premier modèle vient d'être livré à la communauté de communes du pays d'Iroise, dans le Nord-Finistère. Et CarenEcolo imagine déjà de nouveaux développements en agriculture et dans l'aéronautique.

Troisième prix au Nautic de Paris en 2015, premier prix de l'entreprise innovante au concours Crisalide de Rennes en 2016, premier prix du développement durable au salon de Southampton (en Angleterre) en juin 2017, prix de l'innovation en Cornouaille décerné il y a dix jours à Quimper : les distinctions pleuvent sur CarenEcolo !

 

Le système tient dans une remorque

Installée à Briec-de-l'Odet (29), la société a été créée en février 2015. « Gaëtan Fouquet était directeur de la station de dessalement d'eau de l'île de Sein. À force de voir des gens venir sur les plages de l'île pour faire du carénage sauvage, il a eu l'idée de créer un système de carénage mobile », rappelle Anne Marhic, sa collaboratrice.

"Nous sommes les seuls au monde à avoir mis au point une aire de carénage mobile"

Le système, breveté, tient dans une remorque. Il comprend une bâche de récupération de l'eau sur enrouleur électrique. Des boudins gonflables viennent délimiter l'aire et permettent la récupération des eaux usées générées par le nettoyeur haute pression. Cette eau est ensuite aspirée dans un premier filtre et un premier bac pour isoler les gros morceaux (algues, coquillages, hydrocarbures...). Elle passe dans une deuxième série de filtres de 25 puis cinq microns pour la capture des métaux lourds et autres polluants. Après le passage dans un troisième filtre et un dernier bac, l'eau propre est immédiatement rejetée dans son milieu. « La réglementation impose la récupération des eaux de carénage ; l'antifouling notamment est incroyablement polluant. Notre système a été validé par l'Agence de l'eau Loire-Bretagne. Les cinq autres agences en France suivent désormais ses recommandations. À notre connaissance, nous sommes les seuls au monde à avoir mis au point une aire de carénage mobile », commente Jean-Yvon Turpaud, le technico-commercial et troisième membre d'équipage de CarenEcolo.

 

« Le système est prêt en cinq minutes. Dans la même journée, il est possible de faire plusieurs carénages », précise-t-il. « Nous pouvons caréner tous les bateaux, toutes les dimensions, de 35-40 m de long et plus. Nous venons de répondre à un chantier naval qui transforme des bateaux de guerre », annonce Anne Marhic.

 

Des ouvertures aux Pays-Bas et en Asie

CarenEcolo cible en priorité les chantiers navals, collectivités territoriales disposant de ports de pêche ou de plaisance, en bord de mer ou en eau douce : « Peu de ports sont équipés d'aires de carénage fixes, ils ne sont que quatre dans le Finistère ». La petite entreprise vise tout autant à diffuser à l'international. De premières prospections ont eu lieu en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas ou encore en Asie. « Gaëtan Fouquet est actuellement à La Réunion », complète Anne Marhic. Le prix d'une aire varie entre 39.500 € et 80.000 € hors taxes, en fonction de la taille et des équipements. Quand on sait qu'une aire de carénage en dur dans un port coûte environ 350.000 €...

Amiante, agriculture, aéronautique...

CarenEcolo n'a pour le moment livré qu'un seul modèle de son aire mobile, à la communauté de communes du pays d'Iroise. Mais elle envisage déjà de nouvelles applications. « Nous avons des demandes pour traiter l'amiante. En mars, nous avons fait un salon à Nice. Le monde agricole est intéressé pour le nettoyage des véhicules après l'épisode de la grippe aviaire dans le sud de la France », annonce Anne Marhic. CarenEcolo s'oriente aussi vers le monde de l'aéronautique : « Nous pouvons nettoyer aussi bien un monoplace qu'un avion de ligne. Le principe reste le même et nous pouvons adapter les filtres en fonction des polluants et de la zone de récupération. Nous travaillons aussi sur un projet mobile de dessalinisation et de potabilisation de l'eau, le besoin est énorme ».


Kerneko (3). Première livraison pour CarenEcolo
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/kerneko-3-premiere-livraison-pour-carenecolo-27-07-2017-11610705.php#JjEuxSZbxEOdkgor.99

 

L'aire de carénage mobile tient dans une remorque. À gauche, les bacs et filtres, à droite, la bâche sur son enrouleur. Ce premier exemplaire va être livré à la communauté de communes du pays d'Iroise. Sa bâche fait 6x12 m. (Notre photo : Anne Marhic et Jean-Yvon Turpaud).
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/kerneko-3-premiere-livraison-pour-carenecolo-27-07-2017-11610705.php#K8Zge1yeKx1RGRmt.99

 

CarenEcolo livre, en fin de semaine, sa première aire de carénage mobile à la communauté de communes du pays d'Iroise. Elle imagine déjà de nouveaux développements en agriculture et dans l'aéronautique.

Troisième prix au Nautic de Paris en 2015 ; premier prix de l'entreprise innovante au concours Crisalide de Rennes, en 2016 ; premier prix du développement durable au salon de Southampton, en Angleterre, en juin, première reconnaissance internationale ; prix de l'innovation en Cornouaille, vendredi dernier à Quimper, décerné par Kerneko, le club d'entreprise du festival de Cornouaille. Les distinctions pleuvent sur CarenEcolo ! Installée dans les locaux de l'hôtel d'entreprises, zone de Lumunoc'h à Briec, la société a été créée en février 2015. « Gaétan Fouquet était directeur de la station de dessalement d'eau de l'île de Sein. À force de voir des gens venir sur les plages de l'île pour faire du carénage sauvage, il a eu l'idée de créer un système de carénage mobile », rappelle Anne Marhic, sa collaboratrice.

Système validé par l'Agence de l'eau Loire-Bretagne


Le système, breveté, tient dans une remorque. Il comprend une bâche de récupération de l'eau sur enrouleur électrique. Des boudins gonflables viennent délimiter l'aire et permettent la récupération des eaux usées générées par le nettoyeur haute pression. Cette eau est ensuite aspirée dans un premier filtre et un premier bac pour isoler les gros morceaux (algues, coquillages, hydrocarbures...). Elle passe dans une deuxième série de filtres de 25 puis cinq microns pour la capture des métaux lourds et autres polluants. Après le passage dans un troisième filtre et un dernier bac, l'eau propre est immédiatement rejetée dans son milieu. « La réglementation impose la récupération des eaux de carénage ; l'antifouling notamment est incroyablement polluant. Notre système a été validé par l'Agence de l'eau Loire-Bretagne. Les cinq autres agences en France suivent désormais ses recommandations.
À notre connaissance, nous sommes les seuls au monde à avoir mis au point une aire de carénage mobile », commente Jean-Yvon Turpaud, le technico-commercial et troisième membre d'équipage de CarenEcolo.

« Prêt en cinq minutes... »


« Le système est prêt en cinq minutes. Dans la même journée, il est possible de faire plusieurs carénages », précise-t-il. « Nous pouvons caréner tous les bateaux, toutes les dimensions, de 35-40 m de long et plus. Nous venons de répondre à un chantier naval qui transforme des bateaux de guerre », annonce Anne Marhic. Chantiers navals, collectivités territoriales disposant de ports de pêche ou de plaisance, en bord de mer ou en eau douce, sont les premiers clients ciblés par CarenEcolo : « Peu de ports sont équipés d'aires de carénage fixes, ils ne sont que quatre dans le Finistère ». La petite entreprise vise tout autant à diffuser à l'international. De premières prospections ont eu lieu en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas ou encore en Asie. « Gaëtan Fouquet est actuellement à la Réunion », complète Anne Marhic. Le prix d'une aire varie entre 39.500 € et 80.000 € hors taxes, en fonction de la taille et des équipements.

Amiante, agriculture, aéronautique...


CarenEcolo envisage déjà de nouvelles applications. « Nous avons des demandes pour traiter l'amiante. En mars, nous avons fait un salon à Nice. Le monde agricole est intéressé pour le nettoyage des véhicules après l'épisode de la grippe aviaire dans le sud de la France », annonce Anne Marhic. CarenEcolo s'oriente aussi vers le monde de l'aéronautique : « Nous pouvons nettoyer aussi bien un monoplace qu'un avion de ligne. Le principe reste le même et nous pouvons adapter les filtres en fonction des polluants et de la zone de récupération. Nous travaillons aussi sur un projet mobile de dessalinisation et de potabilisation de l'eau, le besoin est énorme
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/kerneko-3-premiere-livraison-pour-carenecolo-27-07-2017-11610705.php#K8Zge1yeKx1RGRmt.99

 



Entreprise CarenEcolo
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/entreprise-carenecolo-02-07-2017-11580311.php#sCCVVhj1C3wGVvHx.99

 

Créée en 2015 par Gaëtan Fouquet, implantée à Briec-de-l'Odet (29), l'entreprise CarenEcolo a obtenu le premier prix du développement durable pour son unité de carénage mobile et son système de filtration des eaux, en juin, au salon Seawork International de Southampton (Royaume-Uni). En plus de lutter contre le carénage sauvage, son innovation permet aux petits ports de répondre aux critères environnementaux à moindre coût. [TITRE-NOTE]Proposez vos candidats[/TITRE-NOTE]

Chaque semaine, la rédaction du Télégramme met en avant des Bretons et des Bretonnes susceptibles d'être sélectionnés pour les quatrièmes Victoires de la Bretagne. Vous aussi, repérez vos candidats sur www.lesvictoiresdelabretagne.bzh
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/entreprise-carenecolo-02-07-2017-11580311.php#sCCVVhj1C3wGVvHx.99


Nouveau prix décerné à CarenEcolo, l’entreprise qui conçoit des aires de carénage mobiles

L’entreprise CarenEcolo, basée à Briec, est spécialisée dans la conception d’aires de carénage mobiles. Son dirigeant, Gaëtan Fouquet, est revenu du salon Seawork avec un prix.

 

Jean-François Garrec, président de la CCI Bretagne, et Gaëtan Fouquet. (©Progrès de Cornouaille/Courrier du Léon.)

 

Gaëtan Fouquet, le patron de CarenEcolo à Briec près de Quimper, a reçu, mi-juin, le 1er prix du développement durable au salon Seawork de Southampton (Grande-Bretagne). L’entreprise est spécialisée dans la conception d’aires de carénage mobiles pour les bateaux de plaisance. Sa première livraison est prévue dans les prochains jours.

Une belle surprise pour Gaëtan Fouquet qui a devancé la quarantaine d’entreprises au total en lice.

Depuis sa création en 2015, CarenEcolo a reçu le prix Création innovation de Crisalide écoactivité. Son invention a été également saluée au Salon nautique de Paris, l’an passé. « Cette nouvelle récompense nous ouvre des portes à l’international. Nous avons déjà des demandes du Touquet jusqu’à Nice mais aussi d’Écosse, d’Irlande et du Vietnam », se réjouit Gaëtan Fouquet. Il n’en demeure pas moins prudent :

Notre produit est novateur mais nous aimerions que l’administration aille aussi plus vite pour son homologation.

Première livraison en Finistère

 

CarenEcolo doit effectuer sa toute première livraison d’une aire de carénage mobile, la semaine prochaine, pour la communauté de communes du pays d’Iroise. L’équipement choisi pourra accueillir des bateaux de plaisance de 8 à 9 m pour un poids de 4 tonnes. Les mairies et intercommunalités sont les cibles de l’entreprise. À titre indicatif, elle commercialise son premier modèle au prix de 39 500 euros HT.

Gaëtan Fouquet annonce par ailleurs l’élargissement de sa gamme de produits.

Nous envisageons des aires de carénage semi-fixes pour un seul site. Ce qui nous permettra de proposer notre équipement à des chantiers navals.

D’autres applications sont évoquées. « Des marchés s’ouvrent à nous. Je pense notamment aux opérations de maintenance ou de réparation d’avions dans les aéroports. » À Briec, au Nord de Quimper, CarenEcolo emploie deux autres personnes et sous-traite des tâches à ses voisins, 3i Concept et Chimirec. À l’avenir, cette collaboration pourrait s’amplifier.

/ Le Courrier - Le Progrès / Commentaires

 


CarenEcolo. L'entreprise primée en Angleterre

Jean-François Garrec, président de la CCI de Bretagne, et Gaëtan Fouquet, patron de CarenEcolo, présentent le prix obtenu par le jeune entrepreneur à Southampton, courant juin.

 

Créée en 2015 par Gaétan Fouquet, un plaisancier originaire de l'Ile de Sein, la société CarenEcolo, installée dans la pépinière d'entreprise de Briec, vient d'obtenir le premier prix du développement durable au Seawork international de Southampton, à la mi-juin. Le Seawork est la plus grande vitrine européenne commerciale marine. L'entreprise avait déjà reçu en 2016 le prix création innovation de Crisalide Éco-activités et le 3e prix du Salon nautique de Paris.. Le carénage des bateaux a donné lieu à une réglementation stricte, compte tenu des produits nocifs contenus dans l'anti-fouling. Pour permettre aux petites structures de recevoir les bateaux, CarenEcolo s'est spécialisée dans la conception d'aires de carénage mobiles. Elle est entrée en phase de production.

 

Pour des achats en commun

 


L'aire mobile, ou semi-mobile, est installée et repliée en moins de cinq minutes. Elle peut être manipulée à bras d'hommes, compte tenu de son faible poids (80 kg environ). Elle permet de récupérer l'eau de carénage, de la filtrer et de la rejeter sans risque de pollution. Elle ouvre la possibilité à de petits ports ou petits utilisateurs de se regrouper pour répondre aux critères environnementaux à moindre coût, en se partageant l'achat. L'achat peut même être subventionné par l'Agence de l'eau. Il s'agit d'une véritable révolution dans ce domaine.

 

Création d'emplois locaux

 


CarenEcolo compte actuellement trois employés, mais fait travailler l'équivalent de dix temps pleins à Briec. Positionnée sur un secteur porteur, contribuant à la préservation de l'environnement, elle a établi de nombreux contacts avec divers clients potentiels, bien au-delà de la France, à l'occasion du Seawork de Southampton. Une activité amenée à se développer et à se diversifier : un système d'aire de carénage adaptée aux avions est actuellement dans les cartons.

 


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/briec-de-lodet/carenecolo-l-entreprise-primee-en-angleterre-28-06-2017-11575117.php#FTZVfGei7MPI24AE.99

 

 


Mobile filtration unit wins marine sustainability award

A mobile filtration unit developed by French company CarenEcolo has won the Marine Sustainability Award at the European Commercial Marine Awards.

The awards showcase innovations and talent within the commercial marine sector. The winners were announced during the Seawork International 2017 Commercial Marine and Workboat Exhibition & Conference in Southampton, UK, on 13-15 June. 

The CarenEcolo mobile filtration unit is a system that collects and filters the contaminated washwater left when a boat hull coated with anti-fouling paint is cleaned. It is composed of a water collecting tarpaulin with inflatable sides where the boat is placed for high pressure cleaning. The water and debris is then pumped into the filtration unit where seven different types of filters decontaminate the water of paint, fuel, grease, biocides, lead, tributyltin (TBT), copper and other toxic materials.

TBT was used as a biocide in anti-fouling paint applied to the hulls of vessels to prevent the growth of marine organisms. TBT was widely banned after it was found to slowly leach out into the marine environment where it is extremely toxic to non-target marine organisms. 

The unit offers a solution for ports not equipped with a recuperation and filtration area and is mobile so costs can be shared between ports.

This is the first time CarenEcolo has exhibited the unit outside of France.

 

 


Seawork reports a successful 20th anniversary edition of the show

Seawork International, Europe’s largest commercial marine and workboat exhibition, closed yesterday and was hailed a resounding success. Its usual warm, sunny weather saw over 630 exhibitors and 7,000 maritime professions coming together to meet and do business over the three days, 13-15 June in Southampton, UK.

What makes Seawork unique globally is the more than 70 vessels and floating plant are on display, afloat for trial. This year saw the Southampton skyline dominated by the immense 60m x 28m Skylift 3000 jack-up submersible platform being demonstrated by Dutch based Ravestein BV.

To help facilitate business, the exhibition hosts a range of complementary activities including the European Commercial Marine Awards, opportunities to see the latest innovations, new equipment and vessel launches in addition to structured networking opportunities and an engaging conference programme.

Seawork 2017 welcomed returning delegations and trade association from UK, Europe and the rest of the world including naval delegations from New Zealand, Bolivia, China and Malaysia, all keen to explore procurement opportunities with Seawork exhibitors worth £millions.

It was also a year of anniversaries; some in addition to Seawork’s own 20th. It was 100 years of business for EP Barrus, a 90th for Damen Shipyards and a 50th for USA based Harken. Barrus’ Tim Hart, commented, “Barrus have exhibited at Seawork since the start, so are also celebrating 20 years (of our) attendence. Seawork gives us two main areas of exposure; the UK MoD and workboat market. We regard this event as our main exhibition of the year.”

The new look European Commercial Marine Awards were also launched this year, with the Innovations Showcase, sponsored by Lloyds Register, receiving over 40 entries. The overall winner of the coveted Spirit of Innovations award was Blueye Robotics, with its unique, easy to deploy ROV was a clear choice for the judges.

Further category awards went to MICAD srl, Dynamic Load Monitoring Ltd, Reygar and Survitec. The Maritime Sustainability Award was presented to French company, CarenEcolo. In recognition of individual contribution, the voted-for 2017 Maritime Professional of the Year was presented to Barry Sales of Cheetah Marine.


2017 Winners :

Seawork 2017 European Commercial Marine Awards Winners

Categories, winners and jury quotes:

Spirit of Innovation Award winner - Blue Eye Robotics for the Blue Eye Pioneer

Special Commendation for Spirit of Innovation Award – Garmin for its In Reach satellite communicators

 

1. Vessel design & Construction winner - MICAD (Italy) for the MODCAT project; “a truly innovative business model allowing smaller operators to buy some of the purchasing power of the big boys.”

 

2. Marine Engineering & Construction winner - Dynamic Load Monitoring (UK) for the subsea datalogging tensile link; “demonstrating clever use of existing, proven technology to solve a real-world problem in the demanding undersea environment.” - Second place - Tidal Anchors Ltd (UK) for the Tidal Anchor

 

3. Marine Equipment, Electronics & Materials winner – Reygar (UK) for the BareFLEET system; “possibly a key step towards the elusive goal of the complete vessel monitoring solution. “- Second place - the Explosion proof work light distributed by SMG

 

4. Diving & Underwater Technology winner - Blue Eye Robotics (Norway) for its Blue Eye Pioneer; “this innovation brings underwater viewing into a much more affordable territory. The entire cost of this device could be paid for by one saved commercial diving job.”- Second place – Jatronic (Norway) for its Pressure operated actuator

 

5. Safety & Training winner – Survitec (UK) for its Rope Access 3D 275N lifejacket; “amalgamating the very best existing technologies to make a package that is suitable for a specific commercial application.” - Second place - Seabob Rescue distributed by Landau UK

 

ECM Maritime Professional of the Year - Barry Sales, Cheetah Marine

ECM Maritime Sustainability Award - CarenEcolo (France) for its Mobile Filtration Unit

ECM Lifetime Achievement Award - Casper Vermeulen, Damen Shipyards (Netherlands)

 

ECM Awards jury :

Jake Frith (Chair) – Editor, Maritime Journal

Dag Pike – Freelance yachting and commercial marine journalist and author

Jonathan Ridley – Head of Engineering – Southampton Solent University, School of Maritime Science and Engineering

Rebecca van den Berge-McFedries – Editor-in-Chief - Offshore WIND

Richard Freeman – President - SSA (Shipbuilders & Ship Repairers Association)

Chris Pawsey – Innovation Lab Master - Lloyd’s Register

Andrew Webster – CEO - Mercator Media Limited


The winners of the European Commercial Marine Awards

14 Jun 2017

On the evening of the first day of Seawork 2017 the award winners and runners up were announced at the debut of the European commercial marine awards, sponsored by Servogear and Brunvoll.

Taking place on site at the Golden Arrow Restaurant, the awards were a spectacular evening showcasing the latest and greatest innovations and talent within the commercial marine sector.

The overall winner of the Spirit of Innovation award 2017 was Blueye Robotics with the innovative Blueye Pioneer. Runners up were Garmin Europe with the inReach Satellite Communicators.

Category winners included MICAD s.r.l, winner of the Vessel design & Design construction with the MODCAT Project.

The Marine Engineering and Construction winner was Dynamic Load Monitoring Ltd, with their product the Subsea Datalogging Tensile Link. Runner up was awarded to Tidal Anchors Ltd with their product, the Tidal Anchor.

The Marine Equipment and Electronics category was won by Reygar with their product, BareFLEET. Runner was awarded to the explosion proof work light NOVA-EX R product, distributed by SMG.

Followed by the announcement of the Safety and Training category, which was awarded to Survitec with their product the Rope Access 3D 275N Life Jacket. With the Seabob rescue, distributed by Landau UK as runners up.

Finally the Diving and Underwater category winner was Blueye Robotics, with their product the Blueye Pioneer. Jatronic AS were awarded runners up with their, Pressure Operated Actuator, POA.T

The evenings Innovation awards were sponsored by Lloyds Register. 

The winner of the Maritime Professional of the year award, sponsored by GGTC was Barry Sales. Barry is a long standing member of the commercial marine community, working as a Technical Manager at Cheetah Marine.

Barry was nominated by his colleague, Lucy Strevens at Cheetah Marine, who commented "Barry is a hugely dedicated member of the Cheetah Team who’s passion for boating has been incremental in all aspects of the business from client relations to detailed aspects of the build process”

The Marine Sustainability award winner was CarenEcolo, for their Mobile Filtration Unit product. Jean-Yvon Turpaud, Technical Sales commented, “We are delighted, but surprised to have won this award from the Innovations Showcase, we did not expect to win so it was a great joy! It is the first time we have exhibited at a show outside of France, we saw that there was an Innovations Showcase, so we decided to come here to make our product known outside the French market.”

This mobile filtration unit is composed of a water collecting tarpaulin with inflatable sides where the boat is placed for high pressure cleaning.

The water and debris is then pumped into the the filtration unit to be decontaminated of paint, fuel, grease, biocides, lead, TBT, copper and other toxic materials. It offers a solution for ports not equipped with a recuperation and filtration area and is mibile so costs can be shared between ports.

Casper Vermeulen, of Damen Shipyards was presented with the Lifetime Achievement award.

Make sure you follow Seawork International on Twitter and Facebook to keep up to date with the exhibition events and conferences.

 


CarenEcolo. Une récompense au Royaume-Uni
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/economie/carenecolo-une-recompense-au-royaume-uni-20-06-2017-

Dans le cadre du développement de son activité, l'entreprise CarenEcolo, spécialisée dans les aires de carénages mobiles et implantée à Briec (29) a participé, en tant qu'exposant, au salon Seawork International de Southampton (Royaume-Uni) du 13 au 15 juin. CarenEcolo y a remporté le premier prix du développement durable pour son unité de carénage et son système de filtration des eaux.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/economie/carenecolo-une-recompense-au-royaume-uni-20-06-2017-11563709.php#rkS1cbdIesPqikZl.99


Carenecolo saluée pour son aire de carénage mobile

L'entreprise Carenecolo, récemment installée à Briec sur la zone de Lumunoc'h, vient d'être saluée pour sa création d'aire de carénage mobile pour les bateaux. Elle vient de recevoir un chèque de 25 000 € de la part d'Initiative Cornouaille, un organisme qui regroupe plusieurs acteurs économiques et publics du territoire.

Le but de l'aire mobile imaginée par Carenecolo est de nettoyer la coque des bateaux sans que les produits de lavage, hautement toxiques, ne retournent à la mer. Le système développé par Gaëtan Fouquet, le patron de l'entreprise, est relativement simple. Au moment du nettoyage, le bateau est placé sur des bâches permettant de recueillir les eaux de traitement. Actuellement, seuls 5 des 96 ports du Finistère sont équipées de telles aires. Et ce, bien que la législation interdise ce genre de carénage « sauvage » et stipule que les ports doivent être équipés.

 


Remise d'un chèque en prêt d'honneur par Natalie Bellion de Réseau Entreprendre le 15 mai 2017.

 


CarenEcolo. Une initiative récompensée

 

Publié le 12 mai 2017

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 De gauche à droite : Jean-Marc Doux, Initiative Cornouaille ; Gaëtan Fouquet ; Jean-François Garrec, président de la CCI Bretagne Ouest ; Hervé Herry, pour Quimper Bretagne occidentale, et Michel Canevet, sénateur du Finistère.

 

 CarenEcolo, entreprise créée en 2015 par Gaëtan Fouquet, installée à la Pépinière d'entreprises, a reçu hier matin, des mains de Jean-Marc Doux, président d'Initiative Cornouaille, un prêt d'honneur de 25.000 €. Ce prêt, intitulé « Initiative remarquable », vise à soutenir l'activité de l'entreprise qui allie « l'innovation, l'engagement environnemental, le volontarisme social et le dynamisme économique ». Ce prêt d'honneur, créé par Initiative France, est un nouveau mode de financement participatif soutenu par l'Épargne solidaire, où l'on trouve des collectivités, dont Quimper Bretagne Occidentale et la Région. CarenEcolo, qui a développé un concept d'aires de carénage mobiles, est la seconde entreprise de Cornouaille à obtenir ce prêt d'honneur. Il faut savoir que la réglementation interdit le carénage des bateaux de plaisance en dehors des zones adaptées à cet effet. Dans le Finistère, seulement cinq ports sur 96 sont équipés. Par voie de conséquence, le carénage sauvage reste une pratique courante, entraînant une pollution de l'espace environnemental. Le système breveté par Gaëtan Fouquet est totalement innovant : il est mobile et permet de recueillir l'eau usée, qui est traitée par filtration. Quant aux déchets toxiques, ils sont dirigés vers une usine spécialisée pour la neutralisation. D'après son concepteur, le système permet aux petits ports de répondre aux critères environnementaux à moindre coût. De plus, il est subventionné par l'Agence de l'eau.

Contact : CarenEcolo tél. 02.29.40.74.32.

 


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/briec-de-lodet/carenecolo-une-initiative-recompensee-12-05-2017-11509947.php

 

#YzleBypQBDL28jFW.99

 

 


Carenecolo : nettoyer son bateau sans polluer Publié le 18/04/2017

Gaëtan Fouquet propose une solution innovante pour le nettoyage des coques de bateaux. | 

 

Pour les plaisanciers, c'est la corvée annuelle : nettoyer la coque de son bateau. Gaëtan Fouquet propose une solution innovante avec son aire de carénage mobile. Non polluante.

Tous les propriétaires de bateau connaissent ce souci. Au bout d'une saison en mer, la coque de leur embarcation est envahie par des algues, des mollusques, etc. D'où la nécessité de procéder à un nettoyage.

Un nettoyage qui se fait traditionnellement au jet d'eau à forte pression auquel a été ajouté de l'antifouling, produit à haute toxicité qui retourne très souvent à la mer avec les eaux de nettoyage. Gaëtan Fouquet, originaire de l'île de Sein, a travaillé durant dix ans à l'unité de traitement de l'eau sur son île natale. C'est dire s'il est soucieux de la préservation de l'environnement.

« Mobilité du système »

Avec Carenecolo, sa jeune société, il propose une solution beaucoup plus écologique. Son matériel prend place dans une grande remorque qui renferme aussi un nettoyeur haute pression mais surtout des bâches de récupération de tous les résidus du lavage.

Dans ces bâches, l'eau est récupérée avant d'être épurée. Aucun déchet toxique ne retourne à la mer. L'entreprise de Gaëtan Fouquet ne s'adresse pas aux particuliers. « On vise les collectivités qui, légalement, doivent disposer d'aires de carénages propres. » S'installer à Briec où la mer est distante de près de quarante kilomètres peut paraître surprenant. « Vu la mobilité de notre système, ce n'est pas un problème, assure Gaëtan Fouquet, la semaine passée, nous étions à Nice. » L'initiative de l'entrepreneur a été primée par le prix Crisalide en 2016 et lauréate du réseau Enreprendre. Le système est aussi validé par l'agence de l'eau Loire-Bretagne. Aujourd'hui, Carenecolo compte quatre salariés. « Notre objectif ? Vendre de cinq à six machines cette année. » À titre indicatif, pour les collectivités intéressées, il faut compter un investissement de 55 000 à 100 000 €.

 


Plaisance. Une solution pour caréner propre

© Le Télégramme 28 03 2017 Combrit-Sainte-Marine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                   Le carénage sur une aire mobile c'est ce que propose une entreprise de Briec. Hier, à l'invitation du Silvalodet et du Sage Ouesco une démonstration a été proposée.

                                                 En 2013, une étude menée par le Sage Ouesco montrait que « seulement 20 % de la flotte de plaisance était carénée sur des installations adéquates ». En allant au plus près des plaisanciers, l'aire mobile peut être une réponse. D'où la démonstration faite, hier après-midi à Combrit.

 Manque d'aires

                                                 Outils de planification, les schémas d'aménagement et de gestion de l'eau (Sage) Ouest Cornouaille et de l'Odet interdiront, dès 2018 pour le premier et en 2019 pour le second, tout carénage sur la grève ou sur les cales de mises à l'eau non équipées de systèmes de collecte et de traitement des effluents de lavage. Hier après-midi, zone d'activités de Kerbenoën à Combrit, « commune qui a la particularité d'être à cheval sur les deux Sage », souligne Christian Loussouarn, vice-président du Sivalodet, une démonstration de carénage propre a été proposée aux plaisanciers, collectivités et professionnels (chantiers navals, location de bateaux par exemple). « Nous sommes confrontés à des problèmes de carénage : les moyens sont insuffisants par rapport à la quantité de bateaux », poursuit-il. Pour cette démonstration, Christian Loussouarn et Yves Kerisit, vice-président du syndicat Ouest-Cornouaille, ont fait appel à CarenÉcolo, une entreprise basée à Briec qui a développé un système d'aires de carénage mobiles.

 

 Une solution possible

 Pour la démonstration, la commune de Combrit a mis à disposition le Sant Voran, vieux gréement dont elle a désormais la charge. « Ce système, c'est une solution possible », reconnaît Christian Loussouarn. Quant à Gabriel Le Guyader, président de l'association des plaisanciers de Plomelin qui regroupe 135 adhérents, il considère que l'outil « répond à un besoin » et peut éviter aux plaisanciers de se rendre dans un port voisin. « On va souvent à Concarneau, Loctudy voire Sainte-Marine pour caréner. Mais il faut déplacer les bateaux sales ».

 

 

 © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/combrit-sainte-marine/plaisance-une-solution-pour-carener-propre-28-03-2017-11452330.php#sULzf0qZ4C3wuWOh.99

 


CarenEcolo facilite le nettoyage des bateaux aux collectivités locales

S. du G. - Les Echos |

 

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/02/02/2016/LesEchos/22120-117-ECH_carenecolo-facilite-le-nettoyage-des-bateaux-aux-collectivites-locales.htm?texte=carenEcolo#2YgixJ0vA6b4ozZO.99

Tous les plaisanciers doivent assumer cette corvée de fin de saison : nettoyer la coque de leur bateau souvent couverte d'algues et de coquillages. Ce carénage n'est pas neutre, car les coques sont aussi enduites d'une peinture antifouling chimique. Il est donc théoriquement interdit de déverser l'eau de nettoyage sur le sol ou dans les égouts. Les collectivités du littoral sont souvent démunies tant les contrevenants sont nombreux. Plaisancier originaire de l'île de Sein, Gaëtan Fouquet a trouvé la parade. Il a eu l'idée de créer le CarenEcolo, un équipement qui se transporte dans une simple remorque. « Breveté, le système fonctionne après une trentaine de minutes d'installation », explique-t-il.

Deux années de R&D ont été nécessaires pour inventer cet équipement destiné aux bateaux jusqu'à 10 mètres de longueur. Il comporte une vaste bâche de 80 m2, posée au sol, sur laquelle vient se positionner le bateau. Des boudins gonflables l'entourent pour former une véritable piscine étanche. Un système de filtration récupère l'eau de nettoyage, qui peut ensuite être rejetée, propre, dans le milieu.

« L'Agence de l'eau a homologué le CarenEcolo que nous proposons désormais en priorité aux collectivités locales », précise Gaëtan Fouquet. Elles peuvent, en effet, transporter la machine de cale en cale à la demande des plaisanciers écologistes. Un groupe électrogène peut y être ajouté pour les lieux privés d'électricité.

Reste le coût de l'ensemble vendu à un prix de l'ordre de 40.000 euros. Mais, « c'est 10 à 15 fois moins cher que l'aménagement d'un espace de carénage fixe », justifie Gaëtan Fouquet, qui table sur 4 à 5 ventes en 2016.


En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/02/02/2016/LesEchos/22120-117-ECH_carenecolo-facilite-le-nettoyage-des-bateaux-aux-collectivites-locales.htm?texte=carenEcolo#2YgixJ0vA6b4ozZO.99

Il invente l’aire de carénage mobile

Gaëtan Fouquet déploie en un quart d’heure son aire de carénage mobile sur n’importe quel port. Une solution économique et écologique au manque criant d’aires fixes.

11/12/2015 à 18:15 par Julien Saliou

Adèle Le Berre

La législation interdit toutes opérations de carénage hors des zones prévues à cet effet. Or, le Finistère compte seulement une demi-douzaine d’aires de carénage. Gaëtan Fouquet, plombier électricien de métier, a une solution simple et économique pour résoudre ce manque : les aires de carénage mobiles.

Un carénage en moins de trente minutes

« J’ai été confronté moi-même au problème de carénage car j’ai un bateau. J’ai mis deux ans à mettre au point cette aire mobile », décrit cet entrepreneur natif de l’île de Sein. Son invention tient dans une simple remorque. Il la déploie en moins d’un quart d’heure. « Il me faut 3 % de pente et une autorisation du port. C’est tout. Cette première aire est calibrée pour des bateaux de 10 m. Je peux en concevoir pour des navires plus grands », indique Gaëtan Fouquet.

Les unités sont positionnées sur des bandes roulement, au milieu d’une bâche qui récupère toutes les eaux sales. Celles-ci passent à travers plusieurs filtres. En moins de trente minutes, le carénage peut être réalisé. L’eau filtrée est propre et peut être rejetée dans le milieu naturel. « Mon produit est certifié par l’Agence de l’eau et protégé par un brevet national et européen. »

Cinq fois moins cher qu’un équipement en dur

Le Quimpérois prévoit de vendre ses aires mobiles aux collectivités, chantiers navals, associations de plaisanciers… Charge à eux d’exploiter l’aire de carénage sur un ou plusieurs ports. L’aire mobile de Gaëtan Fouquet est vendue 40 000 euros. Un équipement en dur coûte (au moins) cinq fois plus cher et nécessite une importante emprise foncière.

« J’interviens uniquement tous les 50 carénages pour changer les filtres », poursuit le patron de Carenecolo. Il projette d’assembler une dizaine d’aires mobiles de carénage en 2016, à la pépinière d’entreprises de Quimper. Dans cette perspective, il devra embaucher plusieurs salariés. Les différents éléments sont fabriqués par des entreprises essentiellement locales. Outils océans réalise les bâches, l’ESAT de Briec est chargé des éléments hydrauliques et électriques….

Moins d’un an après sa création, Carenecolo s’est déjà rendu au Salon nautique de Paris. Gaëtan Fouquet espère ainsi élargir sa clientèle à l’ensemble de la France, voire au-delà.