ARTICLES DE PRESSE




 

 

Carénage sauvage, produits interdits. Le littoral sous surveillance renforcée

 

Publié le 09 mai 2018

 

 

 

 


 

Les plaisanciers sont donc invités à utiliser les cales de carénage équipées des ports de plaisance.

 

Alors que la saison des carénages est ouverte, la préfecture du Finistère, vient de faire un rappel des règles pour éviter ou au moins limiter toute pollution. Car chaque année ce sont quelques centaines de tonnes de produits toxiques qui sont utilisées pour redonner leurs qualités nautiques aux bateaux.

 

 

« Il n’y a pas d’interdiction de carénage dans les textes, constate Pascal Lelarge, préfet. L’encadrement réglementaire a été construit localement par étapes pour aboutir à une réponse cohérente ». Il résulte aussi de dispositions législatives plus larges qui interdisent toute action de pollution.

 

Carénages sauvages interdits

 

Pour protéger le milieu, une réglementation s’est mise en place. Le carénage sauvage sur les grèves a d’abord été interdit dans les zones de mouillage réglementées. Puis les interdictions se sont étendues à quasiment l’ensemble du littoral dans le cadre des SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux) de l’Elorn, Baie de Douarnenez, Ouest et Sud Cornouaille, Odet, Léon-Trégor. Les plaisanciers sont donc invités à utiliser les cales de carénage équipées des ports de plaisance. Et quand ceux-ci n’en disposent pas, la préfecture leur mettra la pression pour qu’ils adaptent leurs outils. Ils pourront par exemple faire appel à CarenEcolo, l’entreprise briécoise spécialisée dans le carénage mobile. « Nous allons renforcer les contrôles sur les carénages sauvages et l’utilisation des produits interdits », avertit le préfet.

 

Un trafic de produits antifouling

 

Pour le Finistère, l’enjeu est majeur pour la préservation de l’environnement. « Ce sont 84 000 immatriculations de bateau de plaisance (voiliers et bateaux à moteur) en 2017, rappelle le préfet (+ 8,7 % depuis 2010). Il y a 29 000 points de mouillage le long des 1 400 km de côte. On peut estimer que chaque année plusieurs centaines de tonnes de produits du genre antifouling sont utilisées ». « Les produits les plus toxiques comme le TBT ont été progressivement interdits, continue Pascal Lelarge. Mais des traces récentes ont été trouvées, ce qui montre qu’il y a toujours un trafic de ce type d’antifouling. Par ailleurs les produits actuellement autorisés restent chargés en métaux lourds : cadmium, plomb, mercure ».

 


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/bretagne/carenage-sauvage-produits-interdits-le-littoral-sous-surveillance-renforcee-09-05-2018-11953910.php#yZEMIe8rtUmYQM6d.99

 


Bretagne  Quimper

 

Quimper

Le préfet du Finistère dit stop aux carénages sauvages

 

 

 

 

 

 

Les carénages doivent être impérativement réalisés dans des aires dédiées et équipées pour la récupération des éffluents et résidus pollués.

 

 

 

La préfecture du Finistère veut sensibiliser les plaisanciers aux conséquences que les carénages ont sur l’environnement. Les coques et surtout leurs peintures biocides, les fameux antifouling appliqués pour lutter contre la prolifération de salissures, ne peuvent pas être nettoyées n’importe où.

 

C’est la période du grand nettoyage pour les plaisanciers, à voile ou à moteur. Et le Finistère n’est pas loin de détenir le record avec 84 500 immatriculations réparties sur 29 000 points de mouillage.

 

Ce sont donc plusieurs centaines de tonnes d’antifouling, chargée en métaux lourds, qui sont appliquées chaque année. Mais qui sont aussi décapées. Mais pas n’importe où, et surtout pas sur l’estran.

 

Impact sur l’environnement

 

« Nous souhaitons sensibiliser les plaisanciers sur les impacts sur l’environnement des carénages sauvages, insiste Pascal Lelarge, préfet du Finistère. Ce qui caractérise tous ces produits c’est la présence de métaux lourds (zinc, plomb, mercure) dans leur composition. Avec un effet d’accumulation dans les sédiments mais aussi dans les coquillages. »

 

Pour réduire les risques de pollutions, un ensemble de textes interdit la pratique du carénage en dehors d’installations adaptées.

 

Dans un premier temps c’est un message de prévention qu’émet la préfecture qui souhaite déclencher une prise de conscience dans le monde du nautisme, chez les pratiquants comme dans les ports de plaisance non équipés d’aires de carénage.

 

 

 

Des contrôles vont être effectués pour arriver à un niveau d’équipement nécessaire dans les deux ou trois ans.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/le-prefet-du-finistere-dit-stop-aux-carenages-sauvages-5749452



Société Carenécolo : des lycéens proposent leurs idées

Publié le 28/04/2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gaétan Fouquet présente son activité aux lycéens

Mardi matin, Gaétan Fouquet, dirigeant de l'entreprise Carenécolo, recevait des lycéens de première du lycée Yves-Thépot de Quimper.

 

L'objectif pour les élèves : proposer des solutions pour optimiser l'entreprise spécialisée dans le carénage mobile des bateaux. Le carénage, quèsaco ? C'est le nettoyage de la partie immergée de la coque des bateaux qui, au fil des mois, voit s'accumuler les coquillages, les mollusques, etc. Une opération qui s'effectue ordinairement dans les ports et rejette à la mer tous les résidus et les peintures « antifouling », particulièrement polluantes.

 

L'originalité de Carenécolo c'est que rien n'est rejeté à la mer. Mieux, le dirigeant a aussi conçu une unité de potabilité de l'eau de mer. À l'issue de leur visite, les élèves ont planché en classe pour proposer des idées à l'entreprise. Lors de ce challenge interne, les plus pertinents ont été distingués.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/briec-29510/societe-carenecolo-des-lyceens-proposent-leurs-idees-5731686


 

Start-up. Les lycéens proposent des solutions aux entreprises

 

Publié le 26 avril 2018

 

De gauche à droite : Marius Gapihan-Rouault, Loeiza Gerrier, Christine Barsacq (proviseure adjointe), Gaëtan Fouquet (dirigeant de CarenEcolo), Louis Guillemot et Meven Garrec.

Antoine Tamet Les élèves du lycée Yves-Thépot ont participé au challenge « Les Startups à l'école ». Ils ont proposé des solutions techniques aux problématiques de la start-up CarenEcolo, face à un jury de professionnels.

« Respirez, ça va bien se passer », conseille l'un des coachs à son équipe. Une épreuve sportive ? Non, le challenge « Les Startups à l'école », au lycée Yves-Thépot, qui s'est tenu mercredi. Les élèves de 1r e STI2D ont présenté une solution technique à une problématique posée par Gaëtan Fouquet, dirigeant de la start-up CarenEcolo. Ils ont fait face à un jury composé de professionnels de l'entreprise, qui a aussi bien noté la faisabilité du projet que la qualité de la présentation. La récompense était honorifique, mais tous ont apprécié l'exercice.

Faire le lien entre l'école et l'entreprise

 

À l'origine du projet, Retis, un réseau qui a lancé un appel à candidature suite à un premier test en région parisienne. Le Technopole Quimper-Cornouaille a répondu, avant de contacter le lycée Yves-Thépot, qui avait déjà participé à un challenge numérique en 2016.

 

« L'orientation est un long chemin, et cette journée en est une étape, pour aider les élèves à mûrir et comprendre la réalité du monde de l'entreprise », explique le proviseur, Pascal Pelleter. La veille, les élèves avaient visité CarenEcolo pour découvrir le monde des start-ups. « C'est un challenge pour nous aussi, ça nous fait avancer », indique Gaëtan Fouquet, qui a présenté des problèmes qui se posent réellement dans son entreprise. Répartis en six équipes de quatre, les élèves n'avaient qu'une journée et demie pour trouver une solution et la présenter ! Rendre plus transportable un filtre qui rend l'eau potable, réduire ses besoins énergétiques, faciliter le changement de filtre de l'air de carénage... les lycéens n'ont pas démérité face à ces questions très techniques, allant jusqu'à modéliser leurs idées en 3D. Mais c'est Louis Guillemot, Meven Garrec, Marius Gapihan-Rouault et Loeiza Gerrier qui ont obtenu, à l'unanimité, les faveurs du jury, en proposant une lentille inspirée de celle des rétroprojecteurs du lycée pour concentrer les rayons du soleil. « C'est comme si on avait 500 soleils au lieu d'un seul », a argumenté Louis, le « pitcheur » de son équipe. Les quatre ont la victoire modeste. « On n'a pas fait grand-chose, on a trouvé un panneau solaire avec un meilleur rendement et un prof nous a laissés regarder la lentille du rétroprojecteur », expliquent-ils. « C'est impressionnant ce qu'ils ont fourni en si peu de temps », s'est accordé le jury lors de ses délibérations, pas du tout de leur avis.

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/start-up-les-lyceens-proposent-des-solutions-aux-entreprises-26-04-2018-11940434.php

 


 

CarenEcolo. Des lycéens porteurs de solutions                  Publié le 26 avril 2018

 

 

Gaétan Fouquet explique à des lycéens attentifs le fonctionnement et les problématiques de l'osmoseur inverse.

 

Mardi matin, la start-up CarenEcolo et son dirigeant, Gaétan Fouquet, recevaient 24 élèves de première du lycée Yves-Thepot de Quimper, se formant aux sciences et technologies de l'industrie et du développement durable.

 

Gaëtan Fouquet a présenté aux lycéens les deux produits innovants de sa société, à savoir l'aire de carénage mobile et l'osmoseur inverse autonome (unité de potabilisation de l'eau de mer). Le chef d'entreprise a notamment évoqué les problématiques d'amélioration de ses produits. Particulièrement en ce qui concerne l'augmentation de leur autonomie et la taille de leurs filtres. Pour faire suite à cette visite sur le terrain, les élèves, en six équipes de quatre, avaient ce mercredi à proposer des solutions aux questions abordées. Pour les aider à conceptualiser leurs propositions, ils ont bénéficié de l'aide de communicants qui étaient aussi chargés de les préparer à présenter leurs solutions devant un jury composé, en plus de Gaétan Fouquet, de représentants de la Technopole, de QBO, de l'Académie de Bretagne ainsi que d'un dirigeant de start-up. À l'issue, les lauréats ont reçu diplômes et coupes. Cette opération est une initiative du réseau Retis (réseau français de l'innovation) qui anime des actions au profit du développement de l'innovation et de l'accompagnement de projets innovants. La Technopole de Quimper-Cornouaille est membre actif de ce réseau.

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/briec-de-lodet/carenecolo-des-lyceens-porteurs-de-solutions-26-04-2018-11940313.php

 

 

 


Carénage. Une aire mobile de port en port
© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/lampaul-plouarzel/carenage-une-aire-mobile-de-port-en-port-17-04-2018-11929246.php#kR6dTtFVkhpd8yJq.99

 

Carénage. Une aire mobile de port en port

 

Publié le 17 avril 2018                                                                                 Le Télégramme LAMPAUL-PLOUARZEL

 

 

François Le Berre, adjoint chargé du port, André Talarmin, président de Pays d'Iroise Communauté, Gaëlig Bataille, directeur adjoint au Parc marin, et Benjamin Duval, surveillant du port, lors de la présentation de l'aire de carénage mobile qui sera prochainement en démonstration d'utilisation, le vendredi 27 avril, au même endroit.

 

Jeudi matin, André Talarmin, président de Pays d'Iroise Communauté, accompagné de Benjamin Duval, surveillant du port, a présenté à François Le Berre, adjoint chargé du port de la commune, et à Gaëlig Bataille, directeur adjoint au Parc marin, l'aire de carénage mobile sur le terre-plein de Milin An Aod. Complètement autonome, l'aire de carénage pourra circuler de port en port non équipé d'aire fixe, comme Porscave, Porspaul, Porsmoguer et autres. Un calendrier d'utilisation sera prochainement mis en place, selon les demandes des associations de plaisanciers et de Pays d'Iroise Communauté. L'équipement étant stocké dans les locaux de la communauté de communes, à Lanrivoaré.

 

Un équipement validé par l'Agence de l'eau

 

L'installation se compose d'une bâche dépliable sur laquelle l'eau de carénage est récupérée lors du lavage avec un nettoyeur haute pression, puis filtrée dans plusieurs bacs et filtres, pour ensuite être rejetée sur place. Afin d'assurer l'autonomie de fonctionnement, un groupe électrogène fournit l'énergie nécessaire. Cette installation, brevetée, a été validée par l'Agence de l'eau et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie et a coûté près de 100.000 € à Pays d'Iroise Communauté. Le souhait d'André Talarmin, le président de la communauté de communes, est que le coût du service soit intégré dans la cotisation de mouillage, versée par les plaisanciers des différentes associations. Des démonstrations d'utilisation sont prévues le vendredi 27 avril à Porscave, sur le terre-plein de Milin An Aod, et le samedi 28, à Porspaul à la petite cale, de 9 h à 16 h les deux jours.

 

http://www.letelegramme.fr/finistere/lampaul-plouarzel/carenage-une-aire-mobile-de-port-en-port-17-04-2018-11929246.php

 


Annuaire fournisseurs et prestataires Marina World   2018-2019     

en ligne pages 14 et 42 sur www.marinaworld.com


 

E BREZHONEG : CarenEcolo, ur mekanik da buraat an dour

lundi 5 février 2018 à 17:22 Par Katell UGUEN, France Bleu Breizh Izel

Zoom sur une innovation finistérienne, CarenEcolo, une entreprise briecoise a développé une unité de potabilisation d'eau de mer, mobile et autonome. An ijinour, Gaëtan Fouquet a gont hiroc'h deomp. 

 

Ar mekanik nevez da buraat an dour, aes da gas gant un oto - CarenEcolo

 

 

 

 

 

Gant al leur garennañ-red n'eus tamm saotradur ebet ken

Puraat an dour, setu 'pezh 'ra CarenEcolo dibaoe un nebeut bloavezhioù bremañ. Kinnig a reont un adkarr da vont er porzhioù 'benn netaat ar bagoù. Ul leur garennañ-red eo neuze, enni siloù 'benn puraat an dour ha chom hep saotrañ an natur.

 

Netaat ar bagoù hep saotrañ an natur, setu raktres kentañ CarenEcolo :

An holl ditouroù a c'heller kaout e Brieg er stal CarenEcolo


 

 

 

Publié le 01 février 2018

CarenEcolo. Après les aires de carénage, un osmoseur mobile
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/carenecolo-apres-les-aires-de-carenage-un-osmoseur-mobile-01-02-2018-11835745.php#XQhrBFsdyAWHpzKg.99

CarenEcolo. Après les aires de carénage, un osmoseur mobile


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/carenecolo-apres-les-aires-de-carenage-un-osmoseur-mobile-01-02-2018-11835745.php#XQhrBFsdyAWHpzKg.99

 

 

CarenEcolo. Après les aires de carénage, un osmoseur mobile

 

 

 

 

 

 


 

Les concepteurs, Jean-Yvon Turpaud et Gaëtan Fouquet, autour de leur osmoseur mobile.

 

 

La société briécoise CarenEcolo vient de dévoiler sa dernière création : une unité mobile de potabilisation de l'eau à destination, notamment, des équipes d'intervention sur les catastrophes naturelles. Un nouvel outil totalement autonome en énergie.

 

La jeune entreprise CarenEcolo s'est installée dans la zone de Lumunoc'h à Briec en novembre 2016. Elle s'est vite fait un petit nom dans la production d'aires de carénage mobiles. Une invention innovante qui permet aux plaisanciers d'entretenir, en toute sécurité écologique, leurs embarcations. L'innovation et l'environnement sont les deux chevaux de bataille de la société qui vient de mettre au point un osmoseur mobile.

 

« Totalement autonome en énergie »

 


Ce nouveau procédé permet de dessaler l'eau de mer ou de déminéraliser l'eau saumâtre grâce à l'utilisation d'une membrane semi-perméable. L'eau qui la traverse est ainsi épurée et devient potable. L'osmoseur est utilisé sur certaines îles pauvres en eau douce comme à Sein. Mais ces unités, dites aussi de potabilisation de l'eau, sont extrêmement coûteuses en énergie. C'est ici que l'apport novateur de l'appareil mis au point par CarenEcolo prend toute son importance. « L'idée de cet outil nous est venue à la demande de clients qui souhaitaient pouvoir bénéficier, en sortie de nos systèmes de carénage, d'eau potable à destination des populations défavorisées, ou en manque temporaire d'eau, comme on a pu le voir récemment aux Antilles.

 

Cet appareil est totalement autonome en énergie. Avec notre partenaire, SLCE de Lorient, spécialiste des grosses unités d'osmoseurs, nous avons réussi à mettre au point un système pouvant s'adapter à une production électrique fournie par des panneaux solaires. Partant du constat que les pays qui ont le plus besoin d'eau bénéficient d'un fort ensoleillement, utiliser l'énergie solaire pour faire de l'eau nous a alors semblé une évidence », explique Gaëtan Fouquet, dirigeant de l'entreprise.

 

« Machine à 98 % bretonne »

 


Cinq à six mois ont été nécessaires pour la recherche et le développement et autant pour la mise au point technique. Aujourd'hui, l'osmoseur briécois fonctionne et produit 65 litres d'eau potable à l'heure. Un système qui peut suffire en dépannage pour de petits villages. « Il suffit d'ajouter des panneaux solaires et des batteries de stockage pour augmenter la production », ajoute Gaëtan Fouquet, qui a voulu que la chaîne de production reste au maximum locale : « Les panneaux solaires à haut rendement sont fabriqués à Lannion par la société Cicom, ce qui fait que cette machine est à 98 % bretonne ». Ce système novateur est surtout destiné aux unités mobiles d'intervention d'urgence lors de catastrophes naturelles.

 


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/carenecolo-apres-les-aires-de-carenage-un-osmoseur-mobile-01-02-2018-11835745.php#sgA76H5JzQoHUVuL.99

 


 

 

 

 

CarenEcolo. Une nouvelle invention

 

 

 

Publié le 26 janvier 2018

 

 

Gaetan Fouquet explique au préfet et aux élus le fonctionnement et les capacités de l'osmoseur imaginé à Briec. 

 

Mardi après-midi, chez CarenEcolo à la zone de Lumunoc'h, avait lieu la présentation d'un nouvel outil : un osmoseur, autrement dit une unité de potabilisation de l'eau.

 

Mardi après-midi, on se pressait dans les ateliers de CarenEcolo à la zone de Lumunoc'h. Du beau monde, préfet en tête, accompagné de nombreux élus où l'on pouvait noter la présence d'Hervé Herry, vice-président de QBO en charge de l'économie, du maire de Briec, Jean-Hubert Pétillon, premier vice-président de l'agglo, ainsi que celle de Roger Le Goff, président de la Communauté de communes du Pays de Fouesnant. La raison de ce déplacement : la présentation de la toute récente invention de la société. Présentation d'un nouvel outil, un osmoseur ou autrement dit une unité de potabilisation de l'eau pouvant loger dans une remorque de taille modeste et qui serait unique au monde, dont s'est chargée Gaetan Fouquet, le dirigeant de CarenEcolo. Les osmoseurs sont en général gros consommateurs d'énergie. Chez CarenEcolo, on a résolu ce problème, la machine fonctionne à l'énergie solaire et, point d'importance, elle est mobile.

 

 

 

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/briec-de-lodet/carenecolo-une-nouvelle-invention-26-01-2018-11827907.php#tcfl1hQ6yCXDwGQJ.99

 


Le Nautic Startup Day désigne 4 championnes

 

Elles étaient 18 startups à pitcher et 4 d’entre-elles ont reçu un trophée au Nautic Startup Day. Objectif du concours : désigner les meilleures startups nautiques du moment. L’événement, organisé par les deux French Tech bretonnes, était accueilli sur le stand de la Région Bretagne.

 

   5 décembre 2017